La dernière R6 à venir découvrir en concession

Yamaha est le seul constructeur moto à maintenir sa sportive de 600 cc dans son catalogue en 2017. La R6 perd plusieurs chevaux dans l’opération à cause de ma mise aux normes Euro4 – mais gagne beaucoup par ailleurs : look de M1, équipement de R1…

Depuis fin mai, la dernière R6 de YAMAHA est disponible, vous pouvez venir la découvrir en concession.

 

L’YZF-R6 est une véritable légende ! Que ce soit sur route et sur piste, comme en témoignent les trois titres de championne du monde de Supersport remportés ces dernières années, elle fait figure de référence. En roulant avec cette sportive inspirée du MotoGP, vous entrez dans le monde trépidant de Yamaha. Le monde des « R-Series » !

La nouvelle YZF-R6 débarque avec un nouveau carénage plus aérodynamique et une allure agressive qui reprend toutes les caractéristiques des « R-Series » de Yamaha.

Dotée d’une électronique haut de gamme et d’un aérodynamisme plus performant que jamais, l’YZF-R6 vous permet d’atteindre des sommets de performance, tout en gardant un contrôle absolu.

 

Arrivée sur le dynamique marché des motos – super ! – sportives un an après la R1 – en 1999 -, laYamaha R6 a connu dix prodigieuses années au cours desquelles son moteur de 599 cc (valeur maxi pour concourir en catégorie Supersport), sa partie cycle en aluminium (puis agrémentée de magnésium), son électronique de pointe (ride-by-wire YCCT en 2006, admission variable YCCI en 2008) et sa fantastique plastique n’ont cessé d’évoluer, tous les deux ans environ.

« Dans les années 2000, les modèles sportifs étaient très « tendance » et séduisaient de nombreux motards qui roulaient en majorité sur route« , rappelle Clément Villet, directeur de la division deux-roues chez Yamaha Motor Europe, lors de la conférence de presse du lancement de cette R6 2017.

Mais à partir de 2008, la crise mondiale, la répression routière et l’attrait des motards pour d’autres montures – typées néo-rétro notamment – ont brusquement eu raison des modèles Superbike (4-cylindres 1000 cc et twin 1200 cc et plus) et Supersport (4-cyl 600 cc, 3-cyl 675 cc).

Ainsi chez Yamaha, la dernière évolution de la R6 datait de 2010 ! Deux ans après la sortie de la 4ème génération (caractérisée par son nouveau cadre alu, sa boucle arrière en magnésium, son carénage redessiné et ses mises à jours moteur dont l’YCCI) sortait une nouvelle version aux mi-régimes consolidés mais à la puissance réduite de 129 à 124 ch.

Depuis, les fans de la R6 n’ont eu à se mettre sous le gant qu’une édition spéciale célébrant les « 50ème anniversaire » de son constructeur. Pas de quoi stopper l’inexorable chute de ses ventes en Europe : d’un peu plus de 15 000 exemplaires écoulés en 2006, son score a plongé sous le millier en 2013 pour tomber sous les 350 l’an dernier.

« Le segment des motos sportives est moribond« , reconnaît volontiers Clément Villet, « mais il n’est pas mort ! Chez Yamaha, les ventes de notre série R125, R3/25, R6, R1 et R1M représentaient encore l’an dernier 11,5% de nos ventes« .

Bien que nettement moins performante commercialement, la 600 cc a toute sa place dans le catalogue Yamaha : « imaginez que la R6 disparaisse de notre gamme « Supersport »… Le fossé entre la R3 et la R1 serait colossal en termes de performances et de tarifs« , nous fait remarquer le responsable européen.

« C’est un choix« , observe notre interlocuteur, « il est vrai que se plier à la nouvelle norme Euro4 est un processus coûteux, difficilement rentable au regard des ventes en Europe ou même de celles plus importantes aux États-Unis. Yamaha a relevé ce pari« .

Pour mettre toutes les chances de son côté, la firme d’Iwata a décidé de décliner l’appréciée recette de la R1 à la nouvelle R6 : lui donner un « R » de famille avec la M1 ! Vue de face, la petite sportive est d’ailleurs plus proche de la moto engagée en Grand Prix, grâce à une entrée d’air forcée placée plus haut et des phares plus profondément encastrés…

R6 2017 : un R de MotoGP, un équipement de Superbike

Proposée pour sa première année 2017 dans de classiques coloris « Race Blu » et Noir « Tech », la nouvelle Supersport de Yamaha porterait, à n’en pas douter, magnifiquement les couleurs du prochain champion du monde de MotoGP : Maverick Viñales ou Valentino Rossi ?

C’est vue de profil que la nouvelle R6 s’éloigne le moins du précédent modèle, son carénage étant une évolution de l’ancien : « la lignée de conduits latéraux et les lignes horizontales mouvantes forment un design croisé qui met en valeur l’excellente aérodynamique de la moto« , décrivent laborieusement les japonais.

La partie arrière s’inspire en revanche très clairement de celle de la R1. Les « tuyères » de la Supersport sont toutefois plus hautes que celles de la Superbike, si bien que la nouvelle 600 paraît un peu plus élancée que la 1000… mais un peu moins que l’ancienne R6 à l’impressionnante flèche arrière.

Afin de respecter les restrictions en termes de pollution atmosphérique mais aussi sonore, Yamaha a consenti à « brider » son moteur. Abaissée de 5 ch lors de la précédente mise à jour, la puissance de la nouvelle R6 perd 5 autres chevaux, plafonnant désormais à 118,4 ch (selon la fiche technique en dernière page). Le couple maxi baisse lui aussi (de 4 unités) à 61,7 Nm.

La finition de la moto demeure en revanche toujours aussi élevée : qualité perçue de l’accastillage (fourche, étriers, platines de repose-pieds, support de plaque, etc.), assemblage des plastiques, traitement des différentes surfaces, parcours des câbles et durits, peinture du carénage… Yam’ maintient la barre très haut !